LE HANGAR DE STOCKAGE DES BOUES DE SOUILLY (77)

Maître d’ouvrage : Commune de Claye-Souilly
Localisation : Claye-Souilly (77)
Projet : Architecture HQE® et paysage
Mission : CR Architecture HQE®
Conception-réalisation : AR ARCHITECTES, France Assainissement,

                                      ZUB, NGE
Surface : 2 500 m² SHON
Débit : 72 000 m³/h (air)
Budget : 2 000 000 € HT
Calendrier : Début de la mission Septembre 2008

                    Inauguration Mai 2011

La plateforme de stockage des boues est un ouvrage constitué de  béton armé pour les cloisonnements d’une hauteur de 2,20m et d'une charpente métallique galvanisée supportant un bardage en bois Mélèze pour la partie supérieure. Sur la façade Sud de l’ouvrage est intégré un filtre planté d’une surface est de 135 m², pour le traitement de 72 000 m3/h d’air vicié.

La bio-filtration est une technologie fortement utilisée dans le domaine du traitement de rejets industriels gazeux odorants de type ammoniac (NH3) et d’hydrogène sulfuré (H2S). Ses avantages économiques et écologiques rendent cette technique préférable aux techniques physiques (charbon actif) ou physico-chimiques.

Le principe de la bio-filtration :

 

Le traitement par bio-filtration a lieu en deux étapes :

  • les polluants se fixent sur le film d’eau recouvrant le substrat,

  • les microorganismes vont dégrader ces polluants : les plantes peuvent absorber les produits de dégradation et servent également à réguler la croissance microbienne.

Le bio-filtre végétalisé intègre un système d’apport d’eau qui a deux objectifs:

  • l’irrigation et la filtration des plantes,

  • l’humidification constante du lit filtrant ainsi que l’apport en nutriments.

 

Les cibles HQE® traitées :

Cible 5 : Gestion de l’eau

  • Eau chaude sanitaire chauffée par les capteurs solaires thermiques. Leur surface est de 2 à 3 m² pour une cuve de stockage de 300 L et permet de produire de 100 à 150 L d’eau chaude par jour, soit 100% de la consommation de deux personnes dans les locaux selon le temps de travail (8h/j en moyenne). L’économie réalisée est de 300 à 450 €/an,

  • Récupération des eaux pluviales du toit du hangar permet d’alimenter une cuve de stockage de 10 m³, soit environ 3 m³ d’eau d’arrosage par jour, ce qui représente 9€ d’économie réalisée par jour, soit environ  2 500€ par an. La toiture végétalisée permet d’éliminer 50% de l’eau pluviale par évapotranspiration, absorption par les racines des végétaux et évaporation,

  • Consommation d’eau annuelle évaluée à environ 300 L/m² pour l’irrigation, en fonction des conditions climatiques, soit environ 40 m³/an. Le surplus pour éviter l’assèchement du bio-filtre au passage de l’air est d’environ 100 L/m²/an, ce qui correspond à une consommation totale en eau par l’installation de 53,5 m³/an.

Cible 13 : gestion de l’air

  • Mise en place d’un bio-filtre végétalisé permet le traitement de l’air vicié par les végétaux et la suppression des nuisances olfactives pour les exploitants et les riverains. Il offre également l’intégration paysagère par la qualité de l’ouvrage et sa sélection de végétaux retenus selon les caractéristiques du milieu récepteur (emplacement ombragé, sol frais et humide, faible entretien, résistance au gel). De plus, les coûts d’entretien et les surcoûts de construction sont amoindris. Enfin, il implique un faible entretien et une facilité de maintenance.

  • LinkedIn - Gris Cercle
  • Twitter - Gris Cercle
  • Facebook - Gris Cercle
  • Instagram - Gris Cercle

AR-ARCHITECTES.COM